D

ans la suite logique de notre article paru hier vous annonçant le PREMIER CHALLENGE, Master T ne s’est pas laissé impressionner par la tentative d’intimidation de Miss P et ses « fantastiques » Macarons à la fleur d’oranger

Vous avez dit FRAISE ? Master T répond évidemment présent et relève fièrement le défi !

A la faveur d’un samedi d’Avril ensoleillé, il n’a pas hésité à arpenter la rue de Lévis au cœur du petit 17ème, les guibolles à l’air, la tête haute et le torse bombé.

Sa mission : braquer l’étal du primeur. Son butin : quelques 3 kilos de gariguettes  de premier choix. Son ambition : vous faire croustiller et fondre de plaisir ! Crumble_termin_

Vous y croirez si vous voulez, mais le Crumble aux Fraises qu’il s’est employé à glorifier (et que certaines ont eu la primeur de goûter ; que dis-je ! de dévorer) pourrait avoir provoqué le changement de sexe chez le fœtus  d’une femme enceinte [si, si !] !

Plus qu’une recette, c’est d’une formule magique dont il s’agit. Master T vous la révèle, sans plus attendre …

Ingrédients pour 4 à 6 gourmands :

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->1 kg de fraises (le charme ne peut agir pleinement que si vous osez la gariguette !)

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->150 g de farine tamisée

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->150 g de sucre roux (pour les profanes, il s’agit d’un sucre de canne brut mais rassurez-vous, le sucre semoule blanc traditionnel peut très bien faire l’affaire)

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->150 g de beurre doux

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->1 sachet d’amandes effilées (environ 130 g)

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->2 sachets de sucre vanillé

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->1 soupçon de grains de vanille (leur mystère vous sera révélé dans la suite…)

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->1 franche pincée de cannelle

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->1 pluie légère de fleur de sel

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->1 poignée d’émeraudes, … pardon ! … de pistaches !

La recette :

Avant toute chose, sortez le beurre du frigo afin de le laisser légèrement ramollir à température ambiante.

Dans un grand saladier, tamisez la farine et ajoutez-y le sucre roux. Mélangez afin d’obtenir une poudre homogène.

Coupez le beurre en cubes et incorporez-les à la farine et au sucre.

Moment de sensualité extrême : travaillez tout ce beau petit monde du bout des doigts. L’objectif étant d’obtenir une pâte grumeleuse et friable. Incorporez-y la moitié du sachet d’amandes effilées, lesquelles apporterons, après cuisson, la touche glamour, croustillante et torréfiée [what else !].

Attention ! Il est possible qu’en fonction de la température ambiante ou de la chaleur émanant de vos mains fébriles, le beurre ramollisse trop. Ne paniquez pas, remettez quelques minutes la pâte au réfrigérateur. Vous la retravaillerez un peu plus tard après avoir accompli l’opération à venir…

Placez délicatement les gariguettes dans une passoire et passez-les sous un filet d’eau froide.

Equeutez les fruits à la pointe du couteau.

Arrive le moment de prendre votre courage à deux mains et de vous affirmer ! Ne succombez ni à la tentation (d’engloutir toute la cagette !) ni à la pitié de trancher en deux ces innocentes créatures.

TRANCHEZ-LES sans scrupule !!

Trio_coupe_fraises

Vous aurez sans doute leur sang sur les mains mais n’oubliez pas que nécessité fait loi…

Jetez leur dépouille parfumée dans un saladier, saupoudrez-les du sucre vanillé.

Viens alors un moment d’exaltation olfactive consolatrice : l’ajout des épices ! Faites tomber une pluie légère de fleur de sel. Celle-ci viendra révéler tout l’arôme du fruit.

Enchaînez en parsemant la cannelle de Ceylan [et oui ! on se la raconte un peu et on voyage beaucoup !].

Culminez en ajoutant le fameux soupçon de grains de vanille sucré ! A cet égard, vous aurez été confronté à deux choix :

-          <!--[endif]-->Vous décidez de la jouer « tradi » en fendant une gousse de vanille en deux. Démarche charnelle s’il en est, ce déshabillage vise à lui caresser l’intérieur de la cosse pour en prélever les grains embaumés ;Grains_de_vanille__2_

-          <!--[endif]-->Ou alors vous êtes une âme sensible (ou pragmatique) et avez décidez de vous procurer le nouveau flacon de grain de vanille sucrés de Vahiné. Une économie de temps mais aussi d’érotisme …

Mélangez enfin les fraises afin de les enrober de toutes ces saveurs et à l’aide de votre plus belle cuillère, garnissez-en soit le fond de ramequins individuels (raffinement et individualisme épicurien oblige !) soit le fond d’un plat « familial » (pour les chantres du partage…).

Pour les plus doués d’entre vous qui seraient parvenu à un « grumelage » parfait, du premier coup, il est temps de coucher la pâte à crumble sur les fruits scintillants et de les placer 25 à 30 minutes dans un four chauffé à 180-200 °C (thermostat 7-8).

Pour ceux dont l’ardeur aurait compromis le « grumelage » de la pâte, ressortez-là du réfrigérateur et retravaillez-en la friabilité puis placez également ramequins ou plat au four.

Crumble_PistachesUn seul et unique critère sera à prendre en compte pour délivrer vos merveilles magmatiques des possibles éruptions sucrées. Non pas les temps que Master T vous a donné à titre purement indicatif, mais bien une surface de crumble plus dorée que le soleil lui-même !

Pendant la cuisson, versez vos pistaches sur votre plan de travail (ou une planche à découper) et concassez-les afin d’obtenir de fabuleux éclats émeraudes que vous parsèmerez à la surface de vos crumbles avant de les savourer.

Il ne vous restera plus qu’à les servir et les déguster… tièdes, pour les plus patients d’entre vous !

Crumble_termin___2_