Master T is back !

Et oui, chers lecteurs, je reprends les rênes Du Début de la Faim, après l’avoir quelque peu délaissé, alors que Miss P, qui ne vous a pas laissé orphelins, s’est envolée pour la côte Ouest des Etas-Unis.

Un périple qui s’ajoute à tant d’autres, passés et à venir, que je vous invite à découvrir sur le blog de son compagnon : la Couleur de la Terre.

Ma mission consistant à tenir la maison pendant que Mademoiselle goutte à la cuisine américaine, je vous propose de ne pas mourir de faim avec ce Gâteau Chocolat-Noisette généreusement nappé de chocolat blanc. Un mariage black & white pour un métissage orgasmique ! Un dessert sans compromission, un péché assumé que je me suis permis d’inventer en reprenant les bases d’une recette classique de gâteau au chocolat.

IMG00828_20110810_0017

Vous pouvez d’ailleurs vous autoriser à le décliner sous forme de cupcakes... C’est une idée que je ne manquerai pas d’exploiter !

 

Les Ingrédients

150 g de sucre
150 g de beurre pommade
80 g de farine tamisée
3 œufs entiers
200 g de chocolat noir
200 g de chocolat blanc
2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse (je vous autorise à opter pour une crème allégée... exceptionnellement !)
100 g de poudre de noisette
Quelques pistaches et amandes émondées pour la décoration

J’entends déjà les filles encore crier au terrorisme culinaire ! Du chocolat, DEUX chocolats ! Du beurre !! De la crème ! Du sucre !! Et oui, c’est la fin de l’été et vous n’avez plus guère à vous soucier de votre tour de hanche...

 

La recette

IMG00829_20110810_0018LE GATEAU AU CHOCOLAT – Commencez par faire fondre le chocolat noir et le beurre au micro-onde (ou au bain-marie).

Préchauffez votre four à 200° C (thermostat 8 il me semble...) et dans un saladier, faites blanchir les œufs et le sucre à l’aide d’un batteur électrique.

Dès que vous obtenez une pâte aussi douce que du velours, ajoutez la farine que vous aurez tamisée au préalable. Incorporez là minutieusement à l’appareil.

Black & White make beautiful things ! Il est temps de marier le chocolat noir fondu à la crème ivoire.

Mais laissez-en un peu pour le moule (en silicone please !) que vous aurez garni de papier sulfurisé légèrement beurré. Versez-y la préparation chocolatée, si vous n’avez pas tout ingurgité à l’entonnoir !

Enfournez pendant une vingtaine de minute en contrôlant cuisson par la désormais ancestrale technique de la pointe du couteau.

Une fois que votre gâteau est cuit, laissez-le refroidir, hors du four.

 IMG00831_20110810_0019

LE NAPPAGE – Dans une casserole, faites TOUT SIMPLEMENT fondre le chocolat blanc et TOUT le chocolat blanc avec les 2 (ou 3 si vous êtes aussi diaboliques que moi) cuillerées à soupe de crème fraîche normande.

Au bout de quelques minutes, le chocolat devrait avoir parfaitement épousé la crème.

Laissez refroidir...

Positionné votre gâteau au chocolat sur le plat de service. Et s’il vous plaît, n’oubliez pas d’enlever le papier sulfurisé ! Donnez quelques coup de cuillère ou de fouet au chocolat blanc pour le réveiller et versez cette voluptueuse crème sucrée sur la surface basaltique du browny.

Admirez avec quelle délicatesse le chocolat blanc caresse le craquelé du gâteau, en camouflant jusqu’à la moindre craquelure...

Afin de ne pas trop marquer votre nappage des passages d’une spatule, tentez de recouvrir au maximum la surface en faisant pivoter et basculer votre plat tout en évitant, que celui-ci ne se précipite sur les bords.

Une fois la surface du gâteau au chocolat recouverte de son manteau d’ivoire, disposez avec la plus grande désinvolture les pistaches et les amandes émondées que vous pouvez tout  aussi bien remplacé par d’autre fruits secs comme des éclats de noisettes, des amandes effilées torréfiées ou des éclats de nougats... A ce stade, le péché ne connaît plus de limite !

IMG00834_20110810_1313

Je ne vous souhaite pas un bon appétit, mais plutôt un bon orgasme !